INCLUSIONS (physique du solide)


INCLUSIONS (physique du solide)
INCLUSIONS (physique du solide)

INCLUSIONS, physique du solide

Presque tous les cristaux comportent des lacunes de cristallisation ou des cavités remplies par des corps à l’état gazeux, liquide ou solide. Ces inclusions sont connues depuis très longtemps puisque H. Sorby en donne les premières descriptions dès le début du XIXe siècle, mais ce n’est que vers les années cinquante et sous l’impulsion de chercheurs comme G. Deicha en France, E. Roedder aux États-Unis et N. P. Yermakov en Union soviétique que l’étude de ces structures connaît un nouvel essor.

Les inclusions sont de dimensions variables, mais ne dépassent que très rarement le millimètre cube. L’emploi du microscope électronique a permis de constater que leur domaine s’étend bien au-delà du pouvoir séparateur du microscope optique.

Leur forme peut être quelconque ou très géométrique (on parle alors de cristaux négatifs), elle est en relation avec les axes cristallographiques du minéral. Les techniques d’étude ont été peu à peu adaptées, améliorées et diversifiées: on a adjoint au microscope polarisant des platines chauffantes, réfrigérantes, ou à écrasement. Les microsondes électronique et ionique permettent d’obtenir les analyses chimiques des inclusions solides amenées à la surface par polissage. Les gaz sont libérés par la platine à écrasement et injectés directement dans un spectrographe de masse.

Deux problèmes se présentent dans le cas des inclusions fluides: une grande difficulté de prélèvement, ensuite un risque de pollution lorsque plusieurs générations d’inclusions sont présentes dans un même minéral. La seconde difficulté peut être résolue en libérant le gaz par paliers de chauffage successifs.

L’intérêt pratique des inclusions est qu’elles sont généralement des prises d’essais parfaitement conservées du milieu dans lequel le minéral a cristallisé. Cette constatation donne lieu à des applications diverses: minéralogiques, sédimentologiques, etc.

Ainsi, il est possible de déterminer la température minimale de cristallisation d’un cristal de quartz en observant au microscope à platine chauffante la disparition du vide de retrait des inclusions.

Autre exemple, la présence d’inclusions dans les cristaux de quartz d’un sédiment peut permettre de reconnaître les traces d’un épisode volcanologique, même réduit, au sein d’une formation sédimentaire.

L’étude cryoscopique des inclusions des cristaux du gypse parisien et la détermination de leur rapport chlore/brome fournissent des arguments en faveur de l’origine marine.

Il faut enfin citer une application plus inattendue, qui est l’identification de l’authenticité des gemmes.

En métallurgie, on distingue les inclusions exogènes, constituées par des particules réfractaires du four qui sont entraînées mécaniquement lors de la coulée, et les inclusions endogènes qui naissent au sein du métal au cours de son élaboration.

La présence d’inclusions modifie en particulier le comportement plastique à chaud des métaux et alliages.

À haute température, au cours du travail mécanique, les inclusions plastiques (sulfures, silicates basiques) s’allongent dans la direction du corroyage. Les autres (oxydes, silice, etc.) se brisent en petits fragments. La fusibilité des inclusions conditionne la forgeabilité des aciers. Enfin la dilatation thermique des inclusions peut être très différente de celle de la matrice.

À l’exception des inclusions très réfractaires, telles que la silice, qui se solidifient avant le métal et se répartissent dans la masse de l’alliage, ces impuretés s’accumulent dans les régions qui se solidifient les dernières, elles demeurent dans la phase liquide jusqu’à la fin de la solidification: c’est le phénomène de la ségrégation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MINÉRALOGIE — La minéralogie a pour but l’étude des minéraux, éléments ou composés naturels. Si la notion d’espèce minérale a longtemps varié, depuis quelques décennies les minéralogistes en donnent la définition suivante: un minéral est un solide naturel,… …   Encyclopédie Universelle

  • LANTHANE ET LANTHANIDES — Le lanthane et les lanthanides forment une série de quinze éléments métalliques de propriétés chimiques très semblables, que l’on désigne aussi plus communément sous le nom, d’ailleurs impropre, de «terres rares» (parce qu’on les a d’abord… …   Encyclopédie Universelle

  • RAMAN (EFFET) — L’effet Raman est un phénomène physique de diffusion moléculaire de la lumière, mis en évidence expérimentalement en 1928 par le physicien indien Chandrasekhara Venkata Raman, lauréat du prix Nobel en 1930. Dès les premiers travaux se sont… …   Encyclopédie Universelle

  • Lithophotographie — Photolithographie La photolithographie, dans le cas des semi conducteurs, désigne l ensemble des opérations permettant de délimiter l extension latérale des matériaux sur la surface d un substrat semiconducteur, dont la structure est plus ou… …   Wikipédia en Français

  • Photolithographie — Pour les articles homonymes, voir Photolithographie (homonymie). La photolithographie est l ensemble des opérations permettant de transférer une image (généralement présente sur un masque) vers un substrat. Cette technique est très utilisée dans… …   Wikipédia en Français

  • MAGNÉTISME — Le magnétisme est l’un des phénomènes qui a le plus frappé l’imagination de l’homme, au point que ce mot désigne aujourd’hui des réalités très diverses: il s’agit d’abord d’une science fort ancienne et néanmoins toujours d’actualité dont le champ …   Encyclopédie Universelle

  • GÉOTECHNIQUE — Les déformations du sol engendrées par les charges apportées par les ouvrages de génie civil ou par les contraintes provoquées par les travaux en souterrain ne doivent pas mettre en péril les structures elles mêmes. Elles ne doivent pas a… …   Encyclopédie Universelle

  • SURFACE (TRAITEMENTS DE) — On entend par «traitements de surface» toutes les opérations mécaniques, chimiques, électrochimiques ou physiques qui ont pour conséquence de modifier l’aspect ou la structure de la surface des matériaux, afin de l’adapter à des conditions… …   Encyclopédie Universelle

  • MÉTAMORPHIQUES (ROCHES) — Héritières d’une très grande diversité de textures et de compositions chimico minéralogiques, les roches métamorphiques (C. Lyell, 1833) offrent à leur tour une telle variété d’associations minérales et de textures que, dès le début de leur étude …   Encyclopédie Universelle

  • Mécanique des sols — La mécanique des sols est une discipline faisant partie des techniques de génie civil qui a pour objet l étude des sols, matériaux constitués de particules solides, liquides et gazeuses qui forment des masses de terrains meubles, dans le but d… …   Wikipédia en Français